A tous les chasseurs de France,


Cette journée particulière, qui a vu la désignation du nouveau gouvernement de la République,
sera à l'évidence à marquer d'une pierre noire.
Comment ne pas se sentir trahis et humiliés après avoir appris la nomination de Monsieur Nicolas
Hulot à la tête du ministère de l'Ecologie, alors que le Président de la République voulait faire de
son mandat un exemple de cohésion sociale et territoriale.
Le passage réussi d'Emmanuel Macron devant les élus de la chasse en congrès à Paris, laisse un
goût plus qu'amer dans la bouche de l'ensemble des chasseurs de France, en découvrant cette
nomination.


Les intentions de notre nouveau ministre de tutelle sont très claires, et nous vous ferons parvenir un
florilège de ses petites phrases assassines à notre encontre. Cela en dit long sur sa conception de
l'écologie à la sauce dogmatique, et de l'affection toute particulière qu'il nous porte.
Je m'adresse également à l'ensemble des ruraux, agriculteurs, pêcheurs, maires de nos villages,
et autres usagers de la nature, pour leur dire que les écrits de notre nouveau ministre sont là aussi
très clairs. Mes amis nous allons souffrir, et comme le dit notre vice-président : avec Monsieur Hulot
il n'y aura pas de vacances. !


Pour ce choix qui prend le visage d'une déclaration de guerre à la majorité des territoires français
et de leurs habitants, j'espère que notre Président de la République a bien conscience que la
France des oubliés, celle des traditions, celle des diversités culturelles, celle des héritages, celle du
bon sens...ne se laissera pas enfermer dans une niche des extrêmes qui semblent arranger tout le
monde au cœur de l'Etat. Oui, en faisant ce choix, ce sont des milliers d'hommes et de femmes
qui aspiraient juste à vivre en paix dans leur campagne, qui vont connaître demain le
harcèlement écologique à la Hulot et l'instauration de nouvelles normes supra européennes.


Mes amis, je vais dès aujourd'hui demander une audience au Président de la République pour
qu'il nous dise clairement ses intentions vis à vis de notre programme écologique et rural. Nous
sommes pour le développement et non la mise sous cloche des territoires. Nous refusons l'arrêt de
nos activités rurales séculaires, la disparition de notre agriculture, et la sacralisation de nos terroirs
!
Dans l'attente des réponses de l’Elysée, je vous demande de sonner le tocsin sur tous les
territoires de France, et de vous préparer à livrer la bataille des législatives, et à travers cette
élection, à la mobilisation pour notre survie !
Le nouveau ministre de l'écologie n'a qu'un mandat temporaire, et les urnes auront le dernier mot
le 11 et le 18 juin prochains.

Durant toute la campagne présidentielle, j'ai respecté la neutralité politique qui incombe à ma
fonction, mais si des menaces réelles se font sentir sur notre passion et nos terroirs, rien ne
m'empêchera de désigner ceux qui sont un danger pour l'ensemble de la ruralité française.
Personnellement, ma motivation à défendre nos valeurs n'a jamais été aussi forte et l'adversité
dans laquelle nous rentrons avec cette nomination me motive encore plus.
Vous me connaissez suffisamment pour savoir que je serai combatif et que je ne lâcherai rien,
politiquement correct ou pas !
Pour une fois, soyons unis devant les menaces qui nous guettent, et réapprenons à chasser en
meute !


Vive la ruralité,
Vive la chasse !


Willy SCHRAEN

 

Citations Nicolas HULOT:

L’utilisation des pistes DFCI par les chasseurs

De quelles pistes parle-t-on ?
Toutes les pistes en forêt ne sont pas des pistes de défense des forêts contre l’incendie (DFCI). Les pistes DFCI sont reconnaissables au panonceau DFCI avec numéro de la piste et au panneau B0 (rond blanc cerclé de rouge) qui interdit toute circulation.

Peut-on circuler sur les pistes DFCI ?
Non, les pistes DFCI sont interdites à toute circulation, toute l’année. Seuls les véhicules chargés d’une mission de service public, les propriétaires des parcelles traversées ou desservies et les ayants-droits peuvent les emprunter.

Les chasseurs peuvent-ils utiliser les pistes DFCI pour l’exercice de la chasse ?
Oui, mais à certaines conditions. Les chasseurs ont la qualité d’ayant-droit uniquement lors de l’exercice de la chasse, et sur les seules pistes DFCI qui traversent ou desservent les parcelles pour lesquelles ils sont détenteurs du droit de chasse. L'usage des pistes DFCI par les chasseurs sera limité au strict nécessaire. L'exercice de la chasse comprend l'accès aux lieux de chasse, le transport des animaux abattus, la recherche des chiens courants, la recherche du grand gibier blessé par un conducteur agréé et l'entretien des aménagements cynégétiques.

Qu’est-ce qui reste interdit pour les chasseurs ?
Les chasseurs ne sont pas autorisés à utiliser les pistes DFCI sur un territoire où ils ne sont pas détenteurs du droit de chasse. Ils ne peuvent pas non plus utiliser ces pistes pour des motifs autre que l’exercice de la chasse (promenade, cueillette des champignons, etc.).

Qu’en est-il de la fermeture des massifs en période estivale ?
Du 15 juin au 30 septembre, l’accès à l’ensemble des massifs forestiers du Var est réglementé suivant le niveau de risque feu de forêt fixé quotidiennement par la Préfecture du Var. À partir du risque Très Sévère (couleur rouge), l’accès et la présence des personnes dans les massifs forestiers concernés sont interdits. Cette interdiction s’applique aux chasseurs. Il est donc interdit de chasser en période estivale dans les massifs forestiers dont le niveau de risque incendie est Très Sévère (couleur rouge) ou Exceptionnel (couleur noire).

Que risque-t-on en cas d’infraction ?
Le non-respect des dispositions rappelées ci-dessus constitue une infraction passible d’une amende à 135 €. Les contrôles sont fréquents et cette infraction peut être verbalisée en relevant simplement le numéro d’immatriculation du véhicule incriminé.